Ce salon se présente comme une symbiose assez étrange entre associations du libre et entreprises privées. Les entreprises privées financent le salon tandis que les associations drainent un public nombreux. Chacun y trouve son compte. Les entreprises sont assurées d'une visibilité du fait d'une large fréquentation, les associations peuvent participer à moindres frais. L'exposition est d'ailleurs divisée en 2 pôles avec les stands classiques d'un côté et le village des associations de l'autre.


Ce salon semble le reflet presque exhaustif des solutions libres ou open source disponible. Il ne sont pas tous aboutis ni tous répandus. Dans son étude de juillet 2005 Gartner présentait une classification à 5 niveaux des logiciels libres. Il serait difficile de faire une description exhaustive de chaque stand. Voici donc ce que j'ai retenu : Il y avait des géants comme :
Au niveau 3 : OpenOffice (soutenu par Sun) , Eclipse (soutenu par IBM)

Au niveau 2 : MySQL le célèbre système de gestion de base de données open-source très largement implanté dans le monde

Et il y avait des petites solutions naissantes :
Au niveau 1 (le moins abouti) : on retrouvait Compiere sur le salon Linux. Compiere est un ERP(Entreprise Resources Planning ou Progiciel de Gestion intégrée) opensource et à ma connaissance le seul.

AlternC que Nalis utilise était également représenté.

Le salon s'est aussi fait l'écho du débat actuel sur le projet de loi sur le droit d'auteur dans la société de l'information (DADVSI)